Vous êtes ici : Accueil > Quoi de neuf au collège > Education musicale et chant choral > Découvertes musicales -concerts- > La musique dans les camps de concentration
Publié : 13 juillet 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

La musique dans les camps de concentration

Conférence d’Hélios Azoulay Mai 2016

La musique dans les camps de concentration

« Conférence présentée par Hélios Azoulay
Jeudi 26 Mai 2016 et Vendredi 27 mai 2016
Classe de 3ème1
Mme Lefebvre Elise -professeur d’Histoire- et Mme Corbière Delphine -professeur de musique- »

C’est avec beaucoup d’intérêt et d’émotion que les élèves ont découvert cette page sombre de l’histoire où Hitler, arrivé au pouvoir en 1933 va établir petit à petit la terreur et exterminé des millions de juifs « Shoa » mais pas seulement…. parmi ses obsessions, « réglé » le problème des tziganes, des homosexuels, des juifs, des malades mentaux, des opposants politiques etc…
Il va créer au départ des camps de « redressement » pour toutes ses personnes puis viendront les camps de concentration.

Dans ces camps, les musiciens avaient une place « à part » et ils étaient mieux considéré. Ils logeaient dans le bloc spécial N°12 à Auschwitz –camp de concentration et d’extermination-, situé en Pologne où ils devaient chaque matin se lever à 05h00. Là, comme une sorte de défilé, de fanfare, les musiciens jouent et se dirigent vers une estrade pour jouer des musiques dans un style militaire.

Ils joueront là pendant 02h00. Ensuite viendra le temps de l’appel où chaque « détenu » sera nommé par les nazis le matin et le soir. Cet appel pouvait durer jusqu’à 04h00 !

Pendant la journée, les musiciens et les musiciennes travaillaient leurs morceaux jusqu’à 06h00 par jour mais pendant ce temps, les autres détenus devaient cassés des pierres, des cailloux, un travail très difficile dans le froid glacial de la Pologne. Pour ne pas parler entre eux, les nazis obligés les prisonniers à chanter toute la journée…

La musique, dans les camps est un sursaut de vie. Elle réconcilie et permet quelque part de s’évader. On estime à environ 5000 partitions écrites dans ces camps malgré les quelques bouts de feuilles pour écrire…les instruments cassés, abimés…

Voilà en quelques mots, le début de la conférence d’Hélios Azoulay qui a permis à la classe de 3ème1 de découvrir comment la musique arrive toujours à dépasser l’indicible.

Delphine Corbière

Portfolio automatique :